OSCAR SISTO

DIRECTEUR - FONDATEUR


"J'adore être comédien. C'est tellement plus réel que la vie"

Oscar Wilde


Mortadela, le spectacle d'Alfredo Arias qui nous a valu le "Molière" du meilleur spectacle musical en 1993 reste l'un des très bons souvenirs dans mon parcours.

Un mois à La Cigale, puis un an au Théâtre Montparnasse, puis plus de deux ans de tournée en France et à l'étranger.

Les trois mois au théâtre Lola Membrives à Buenos Aires ont été également de grands moments d'émotion face au public argentin et aux grands acteurs et actrices, dont Norma Aleandro, Alfredo Alcón, China Zorrilla et bien sûrl'immense Nini Marshall.

Comment oublier, à Paris, sur la scène du théâtre du Châtelet ce moment de grâce avec Marilu Marini, Alfredo Arias et toute la troupe, entourés de figures telles que Laurent Terzieff, Edwige Feuillère, Michel Serrault et Ute Lemper

 

"L'envie d'enseigner m'est tout simplement venu avec le besoin d'apprendre. Grâce à de merveilleux professeurs, j'ai pu cultiver, depuis ma plus tendre adolescence, l'esprit de recherche. Après l'éveil musical à l'âge de 6 ans par mon père qui jouait merveilleusement bien du violon, j'ai fait 8 ans d'étude de piano. Plus tard à l'Université j'ai découvert l'univers de la chorale et presque en même temps le travail corporel du mime et de la danse contemporaine.

Mon goût pour la peinture et la photo ont également forgé en moi une vision esthétique de l'art théâtral.

Aujourd'hui, même à des moments d'extrême fatigue, pendant un cours ou une répétition; l'émerveillement est toujours au rendez-vous lorsque l'inspiration arrive, comme , la vue de la rive la plus proche depuis un bateau qui vient de faire un long voyage.

Même si le mot "Académie" à un côté pompeux, je l'avais choisi en hommage à l'école philosophique de Platon fondée à Athènes en -387, bien que mon espace je le considère plus comme un "atelier" d'artiste, ou mieux encore, comme un tapis d'éveil.

Ma devise est: "Essayer de suite. Se tromper souvent. Réussir mieux""